Bio/Démarche/CV

Pascal Picard, peintre, illustrateur…

Natif du Bas du Fleuve, mais résident au Saguenay depuis plus de dix ans, Pascal Picard a complété un baccalauréat à l’UQAM en 1997 en Communication Graphique. C’est après un tour du monde de trois ans et demi, où il a pratiqué de façon autodidacte le dessin, la peinture et la photo, qu’il entreprend un baccalauréat et termine par la suite une maîtrise en arts visuels à l’UQAC en 2014.

Il expose professionnellement depuis 2009 dans les différents centres du Saguenay / Lac St-Jean tel le CNE, BANG, le Centre des arts et de la culture et ESPACEPOINTCA.

Il a reçu en 2012 et 2013 la bourse des professeurs de maîtrise de l’UQAC. En 2014, il obtient la bourse du CAS, CAM, CALQ de l’atelier Saguenay / Montréal. Il obtient finalement en 2016 une autre bourse du CAS et un atelier afin de préparer sa présente exposition : DIAGNOSTICS.

Il a également dans les dernières années eu la chance de faire partie des collections privées de l’École le Passage (2015), de l’Université du Québec à Chicoutimi (2009-14) et de la Société et d’histoire de Beauport (2009).

Il ouvre en 2017 le K8, https://atelierk8.wixsite.com/atelierk8, qui est un espace commun de travail et de recherche dans des champs d’expertises variées. L’endroit se base sur le principe de facteur infini de création, sans se restreindre à des critères précis. C’est pourquoi nous tenons au caractère multifonctionnel de l’espace. L’objectif de l’atelier K8 est donc d’utiliser la rencontre pour donner un élan aux idées et de permettre leurs réalisations dans un contexte d’échanges et de partages.

.

DÉMARCHE 2014-

La Soustraction (peinture).

Concept qui consiste à associer tout propos, actions ou expérimentations à la perte, le manque, le -1, la différence. Tout ce qui entoure la pratique et le ou les médiums choisis doit faire réfléchir ce thème. La Soustraction est partout et se perpétue dans le cycle universel en compagnie du temps.

Je ne peins pas, je dépeins. L’eau translucide me permet de nettoyer, de changer et de rompre la matière peinture. Elle casse et détruit les pigments qui se superposent dans des ordres défini. Enlever la matière dépasse la simple technique et prend tout son sens dans le processus de création.

Devenu proche de la photographie par la plasticité de l’image, mon esthétique en peinture ne consiste en rien dans l’imitation de ce médium. Le sujet est réduit en un cobaye et le fond est son égal. C’est une copie, un test, un objet.

La sérigraphie, la gravure sur verre et l’ imprimerie m’ont permis d’établir les barèmes de recherches nécessaire pour encadrer de manière méthodique, mes expérimentations visuelles qui tendent vers l’interactivité et l’implication du spectateur.

Les limites figuratives, les forces du temps, du mouvement et de la matière sont différentes dynamiques qui m’aident à confronter la structure du portrait. Affaiblir ou accumuler la matière devient une ouverture dialectique, en ce sens où derrière le trait qui s’efface, qui s’épuise, apparaissent des énergies qui ne demandent qu’à réfléchir.

voir: https://www.youtube.com/watch?v=6GMKcPjpIis

Télécharger mon Curriculum Vitae